Orientation

L’école de commerce du futur

  1. Home
  2. PassMag
  3. L’école de commerce du futur

L’école de commerce du futur

A quoi ressemblera l’école de commerce du futur ? Sera-t-elle sans papier ? Entièrement à distance ? Jean-François Fiorina, Président de l’association Passerelle et Directeur Adjoint de Grenoble Ecole de Management nous partage son point de vue sur la question.

Une évolution de la pédagogie

On le constate déjà aujourd’hui, les façons d’apprendre ne sont plus les mêmes qu’il y a 10 ans. La salle de classe classique, où l’enseignant parle et les étudiants écoutent, a laissé la place a de nouveaux schémas d’apprentissage.

«  Dans les écoles, nous avons mis en place de nouveaux modèles pédagogiques. L’idée est de faire en sorte que les étudiants aient une approche commune pédagogique. L’étudiant est invité à réfléchir sur ses compétences et son évolution, ainsi qu'à son rôle en tant que futur manager. Grâce à la ‘classe inversée’, il bénéficie de tout un parcours de formation avant d’arriver dans la salle de classe et, une fois dans celle-ci, il est acteur de sa formation au travers de serious games, de mini-missions d’entreprise, de pièces de théâtre... L’étudiant est au centre du dispositif et participe activement à sa formation, il co-construit avec le professeur.

Nous avons également mis en place des missions transversales, avec de la gestion de projet par exemple. Cela permet aux étudiants de mettre en pratique ce qu’ils ont appris.

Notre rôle est aussi de préparer nos étudiants à l’imprévu. Nous vivons tous des situations où rien n’était prévu (rupture d’approvisionnement, grève …) et les étudiants doivent prendre conscience que ce sera leur réalité une fois en entreprise. Ils vont devoir faire face à des situations dont nous n’avons même pas encore connaissance. »

Les approches pédagogiques évoluent d’année en année pour s’adapter au mieux au monde du travail. L’étudiant n’est plus simplement spectateur, il est désormais acteur de sa formation.

Les soft skills sous les projecteurs

Le développement des compétences comportementales sera de plus en plus présent dans l’enseignement du futur. Les travaux de groupe notamment, permettent de travailler ces compétences qui vont être indispensables une fois en entreprise. Ils invitent l’étudiant à faire avancer son équipe, à gérer les personnalités et caractères des différents membres, à favoriser l’entraide,  à confronter ses idées à celles des autres, à développer son adaptabilité.

L’arrivée du e-Learning

Propulsé sur le devant de la scène pendant la crise du Covid-19, le e-Learning se décline sous plusieurs formes. Pas seulement destinées aux apprenants, les plateformes numériques offrent également la possibilité aux professeurs de mieux connaître leurs étudiants et de mieux les accompagner.

Jean-François Fiorina, Président de l'association Passerelle et Directeur Adjoint de Grenoble Ecole de Management

« La technologie n’est pas une fin en soi, c’est un moyen au service de la pédagogie. C’est ce qui permet à tous les acteurs de progresser. Dans l’école du futur, la pédagogie est l’élément marquant.

Il faut des professeurs qui soient capables de scénariser leur cours. Il y a un basculement des connaissances vers les compétences.

La technologie peut apporter d’énormes plus pour aider les étudiants, les profs et faire en sorte que 100% du module soit réellement utile grâce à la personnalisation. »

Avec une diversification des modes de recrutement, le profil des étudiants est de plus en plus varié, ce qui appelle un besoin d’harmonisation et, par conséquent, de personnalisation de l’apprentissage.

« Grâce à la technologie, les étudiants vont découvrir différents aspects qui aident à la prise de décision, au marketing, aux systèmes d’information, à l’éthique des données. La technologie va permettre aux étudiants d’expérimenter et de progresser ».

L’expérience étudiante au cœur de l’école

« Il va falloir qu’on organise l’activité de salle de classe. Le cours devient un véritable écosystème avec un grand nombre de pédagogies, des objectifs, une assurance qualité, une matérialisation sous forme de compétences. Il faudra donc organiser à la fois les cours, l’activité au-delà des cours (associative, en entreprise …) et ce que font nos étudiants en dehors de l’école. »

Si, pendant longtemps c’était à l’étudiant de s’adapter à l’école, les rôles s’inversent désormais. Grâce aux nouvelles pédagogies et à l’omniprésence de la technologie, il n’a jamais été aussi facile de s’adapter au profil de chaque étudiant.

« L’école du futur devra prendre en compte tous ces éléments pour faire en sorte que l’étudiant soit compétent, que ce qu’il fait rentre bien dans une logique de construction de parcours et de projet professionnel. Dans l’école du futur, on formera des étudiants afin qu’ils soient les plus opérationnels possible ».

Dans un monde de l’entreprise où l’adaptabilité et la collaboration sont les nouvelles compétences clefs, les écoles s’adaptent pour former leurs étudiants et encourager la multi-expérimentation. 

Quant aux professeurs, eux aussi doivent faire preuve d’adaptabilité et être des modèles pour les étudiants.

Enfin, alors que notre société est de plus en plus en quête de sens, les écoles cherchent à répondre à ce besoin et stimuler leurs étudiants dans leur apprentissage. Les parcours se font plus variés, et s’adaptent aux envies. La pédagogie, elle, se transforme avec l’arrivée de la technologie et permet à tous de progresser grâce à la personnalisation de l’apprentissage.

En résumé, l’école du futur sera avant tout une école capable de s’adapter à son environnement, à ses étudiants et aux nouvelles technologies.

Voir tous les articles